La Chiva Gantiva

Photo PRESS Despegue C print.jpg

Fondé par trois jeunes étudiants colombiens immigrés à Bruxelles, le groupe La Chiva Gantiva a patiemment forgé son style en jouant dans les clubs locaux. Ils commencent par puiser dans les riches traditions musicales de leur pays d'origine (notamment cumbia et musique afro-colombienne), et les marient avec les styles internationaux qu'ils affectionnent: afrobeat, funk et rock. Bientôt rejoint par quatre autres musiciens (un français, un vietnamien et deux belges), le groupe se transforme en une machine scénique explosive, qui enthousiasme le public et les médias européens.

Signé chez Crammed Discs, La Chiva Gantiva a sorti son second album, “Vivo”, en février 2014. Afin d'enregistrer ce nouvel opus en toute liberté, le groupe est allé jusqu'à construire son propre studio, au-dessus d'un bar dans le centre de Bruxelles. “Vivo” a été mixé à New York par Joel Hamilton (Blakroc, Sparklehorse, Marc Ribot, Bomba Estereo), en compagnie des deux principaux compositeurs du groupe, le chanteurRafael Espinel et le guitariste Felipe Deckers.

Le son de “Vivo” reflète bien l'incroyable énergie du groupe en concert, son “boucan de carnaval punk frénétique qui détonne comme un cocktail Molotov de rock, rap, soul et rythmes latins férocement funky” (dixit The Times de Londres). Mais les membres de La Chiva Gantiva y explorent également de nouvelles directions musicales: ils ont parfois “osé remplacer la batterie par des percussions traditionnelles” (selon leurs propres termes), en réussissant à créer deux ou trois morceaux extrêmement modernes sur ces bases plus “roots”. Ils ont également abordé des textures sonores inédites, tout en restant fermement basés sur les fondamentaux de leur musique, qui sont comme leur marque de fabrique: implacables rythmiques rock & afrobeat, ponctuées par d'exubérants riffs de cuivres.

Le show torride de La Chiva Gantiva a été un événement phare de l'édition 2014 du Womex, à Santiago de Compostela. En 2015, La Chiva Gantiva se tourne vers l'Amérique du Nord et l'Europe de l'Est et, comme d'habitude, ils vont certainement conquérir de nombreux nouveaux fans.

 

 

The story of La Chiva Gantiva began in Brussels when three young Colombian students started to play percussion together. Driven by a desire to assert their roots, they began to blend Afro-Colombian rhythms with other styles of music they loved: rock, afrobeat and funk. Soon joined by four other musicians (two Belgians, a Frenchman and a Vietnamese), they started performing around the world, and their exciting, explosive show conquered media and public alike,

Signed to Crammed Discs, La Chiva Gantiva have released their second album, “Vivo”, in February 2014. Recorded in their own studio (which they built for the occasion, upstairs from a bar in central Brussels), “Vivo” was mixed in New York by Joel Hamilton (Blakroc, Sparklehorse, Marc Ribot, Bomba Estereo) with the band’s two main composers, vocalist Rafael Espinel and guitarist Felipe Deckers.

While the album’s powerful sound reflects La Chiva Gantiva’s incredible live energy, their “frenetic carnival-punk racket that detonates like a Molotov cocktail of rock, rap, soul and ferociously funky Latin rhythms (as described by The Times), "Vivo” also contains songs in which the band further explore several musical directions, such as traditional percussion patterns and new sonic territories, while remaining grounded in their trademark rock/afrobeat fundamentals, punctuated by exuberant horn riffs.

La Chiva Gantiva’s torrid show was one of the highlights of the 2014 edition of Womex in Santiago de Compostela. In 2015, La Chiva Gantiva are turning to North America and Eastern Europe and, as is their habit, will undoubtedly conquer a great number of new fans.